ENTREPRENEURS

Les femmes ne doivent pas se «réparer» pour s'intégrer dans des environnements de travail sexistes

Les dénonciateurs sur Internet s'émeuvent devant la fuite d'informations provenant d'une formation à la direction d'Ernst & Young destinée aux femmes. Et, encore une fois, le tumulte est justifié.

Selon des journalistes de HuffPost qui ont interviewé une des participantes et examiné le matériel de formation qu'elle a présenté, le séminaire, dirigé par un cabinet externe de conseil et de formation, a donné une journée et demie d'instruction à un groupe de trente cadres - toutes des femmes - - sur la manière de se positionner pour réussir sur le lieu de travail.

Dans le cadre de la formation, les participantes ont été invitées à remplir une "feuille de résultats féminins / masculins" dans laquelle elles ont évalué sur une échelle allant de cinq à cinq le degré de proximité avec certains descripteurs de genre. Sous une colonne intitulée "Féminine", il y a des mots comme affectueux, crédule et timide; la catégorie "masculin" comprend ambitieux, agressif et autosuffisant.

Les tropes sexistes dans les documents divulgués sont trop nombreux - et, franchement, trop absurdes - pour les partager à nouveau. À un niveau élevé, la formation a souligné que les femmes doivent apprendre à respecter les règles d'un lieu de travail dominé par les hommes pour pouvoir monter dans les rangs. (Pour donner juste un peu de couleur sur ce que ces règles impliquent: le matériel conseille aux femmes d’être "polies" et "minimisent les distractions liées à leurs compétences," telles que des vêtements qui nuisent à leur type de corps ou qui exhibent leurs corps - parce qu’apparemment " la sexualité brouille l'esprit ").

Je soupçonne que dans les grands cabinets comptables où 20% des partenaires sont des femmes, les femmes marchent probablement chaque jour dans des espaces à prédominance masculine et se sentent obligées d'adapter leur comportement. Je peux raconter. J'ai été plaideur en droit des affaires à Wall Street et dans de grandes entreprises pendant de nombreuses années. Je suis maintenant un fondateur et j'ai collecté des millions de dollars en capital de risque pour ma société, The Riveter, alors qu'elle était visiblement enceinte.

Croyez-moi, je ne suis pas insensible au malaise qui survient parfois lorsque vous êtes la seule femme dans une chambre d'hommes en costume.

Mais la solution ne consiste pas à endoctriner les femmes pour qu'elles "s'intègrent" (peu importe ce que cela signifie - les créatrices de ce séminaire semblent penser que cela a à voir avec le fait de ne pas "menacer" leurs pairs) et de s'assimiler à une culture de travail sexiste. . Le fait qu’une firme de consultants propose une programmation destinée aux cadres basée sur cette notion imparfaite - et plus encore qu’un leader de l’industrie qui emploie des dizaines de milliers de personnes dans notre pays la confie à titre de développement du leadership - est terrifiant.

Corporate America: lorsque les femmes demandent des ressources pour réussir sur leur lieu de travail, ce n’est certainement pas ce que nous voulons dire. Une telle formation en leadership n’aide pas les femmes. Mais, pour tout décideur dans une entreprise qui aurait pu tomber sur cette colonne, je vais proposer quelques éléments qui aident en fait les femmes à accéder à des postes de direction.

  1. Former les superviseurs sur une base de gestion correcte, par exemple en se concentrant moins sur ce que la femme porte au travail et davantage sur la valeur de son travail.

  2. Créer des environnements de travail sûrs où les ressources humaines agissent dès que le harcèlement sexuel est signalé. (Et, sur cette note, interdire l'arbitrage forcé pour les plaintes de harcèlement sexuel est également un grand pas en avant.)

  3. Encourager une culture du travail qui n'autorise pas les hommes à interrompre de manière chronique les femmes lors de réunions et où des alliés appellent des micro-agressions

  4. Promouvoir la transparence dans la rémunération pour aider à informer la négociation et à lutter contre l'écart de salaire entre les hommes et les femmes.

  5. Doter les infirmières des chambres des mères et mettre en œuvre des politiques globales contre la discrimination maternelle.

  6. Démystifier activement les mythes misogynes sur les femmes au travail. Remettre en question ces notions lorsque vous les entendez.

Cette liste est loin d'être suffisante, mais c'est un début. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il existe en fait une myriade de ressources légitimes, de véritables experts, qui aident les entreprises à créer des lieux de travail plus équitables. Ce que nous ne pouvons pas faire, c'est renforcer le sexisme sur le lieu de travail sous prétexte de le démanteler. Revenir en arrière n'est pas une option.

Les opinions exprimées ici par les chroniqueurs d’Inc.com sont les leurs, pas celles d’Inc.com.

Tags

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close